Partenaires

CNRS
U.G.A



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Logo LaNef

PHITEM


SFP 38
EcoInfo
Parité Science

Accueil > Événements > Événements passés > Soutenance de thèse de Nicolas Didier

Nicolas soutiendra sa thèse intitulée "L’effet Josephson dans les supraconducteurs et les gaz quantiques" le mardi 24 novembre 2009 à 14 heures, dans la salle Amphi Mag de la Maison des Magistères.

Résumé :

Grâce aux avancées techniques récentes, les physiciens jouent pleinement avec la beauté de la mécanique quantique. Dans ce travail de théorie sur l’effet Josephson mésoscopique, nous exploitons les collaborations avec les expérimentateurs ainsi que les échanges entre les communautés des atomes froids et de la matière condensée. Nous considérons différents systèmes basés sur la jonction Josephson, en commençant par sa description quantique dans le régime sous-amorti. En utilisant le formalisme de Keldysh, nous obtenons les caractéristiques courant-tension du régime classique à la limite de température nulle et l’équation de Smoluchowski quantique dans la limite semi-classique. Nous étudions ensuite la dynamique quantique d’un qubit de phase réalisé avec un SQUID dans une configuration inédite où l’échappement se produit à travers deux barrières quartiques. Le taux d’échappement tunnel dans ce nouveau potentiel, calculé avec la technique des instantons, nous permet de décrire les expériences. L’électrodynamique quantique des circuits prévoit qu’un effet laser apparaît lorsqu’un qubit est couplé à une cavité résonnante. Nous considérons le cas d’un qubit de charge et celui d’un transmon qui exploite l’effet Purcell. Avec le Lindbladien nous obtenons la matrice densité dont nous dérivons le spectre du champ créé. Enfin, nous étudions un gaz d’atomes froids dans un piège circulaire comportant une barrière, créant une jonction de Bose Josephson. La physique à basse énergie est décrite à travers les fonctions de corrélation avec la théorie du liquide de Luttinger. Nous montrons que les fluctuations quantiques dans l’anneau induisent une renormalisation de l’énergie Josephson.